Une biodiversité exceptionnelle, Komodo en plein cœur de la Wallacea et du triangle d’or !

La Wallacea est une région qui englobe l’ensemble des îles situées entre le Sunderland, les Philippines, le Nord de l’Australie et la Nouvelle-Guinée. La parc national de Komodo inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO se trouve en plein milieu. Sa richesse biologique lui vaut d’être également classé comme un point chaud de biodiversité.

L’une des spécificités notables de la Wallacea concerne la proportion d’espèces végétales et animales endémiques (L’endémisme caractérise la présence naturelle d’une espèce exclusivement dans une région géographique délimitée.)

La biodiversité de la Wallacea ne se limite pas aux vertébrés terrestres, aux plantes et aux poissons d’eau douce, mais s’étend également en mer. En effet cette zone se trouve en plein cœur du Triangle du corail (région allant des Philippines à Java et aux Îles Salomon) qui concentre la plus grande diversité marine au monde incluant plus de 2000 espèces de poissons et 76% des coraux bâtisseurs.

Ce qui explique pourquoi un grand nombre des réserves naturelles de la Wallacea sont marines.

Le Triangle du corail est une région du Pacifique comprenant les eaux de la Malaisie, l’Indonésie, les Philippines et les îles Salomon et représentant, en termes de superficie environ 1 % de la surface planétaire.

Les eaux de Komodo représentent donc un terrain de jeux difficilement égalable pour les amateurs de photographie sous-marine !
Ses iles, reculées, avec beaucoup de courant entre elles, regorgent d’espèces endémiques.

Petit aperçus de l’endémisme de Komodo :

1.La vie sur Terre

“L’effet d’île” est un terme utilisé en écologie. Quand il est naturel, ce phénomène est souvent très lent (s’étendant sur des siècles, millénaires ou millions d’années) et il peut alors contribuer à la spéciation (apparition de nouvelles espèces) dans le cas par exemple de populations animales ou végétales isolées sur des îles formées à la suite de la montée des océans ou de phénomènes liés à la dérive des continents.

Voici quelques exemples dans le parc de Komodo :

Le dragon de Komodo :

komodo dragon

Komodo Dragon

Le Dragon de Komodo (Varanus komodoensis1) est une espèce de varan qui se rencontre dans les îles de Komodo, Rinca, Florès, Gili Motang et Gili Dasami en Indonésie centrale2. Membre de la famille des varanidés, c’est la plus grande espèce vivante de lézard, avec une longueur moyenne de 2 à 3 mètres et une masse d’environ 70 kg. Sa taille inhabituelle est parfois attribuée au gigantisme insulaire car il n’existe pas, dans son habitat naturel, d’autres animaux carnivores pouvant occuper ou partager sa niche écologique.

 

La vipère bleue de Komodo :

vipère bleue de komodo

vipère bleue de komodo

Cette version bleue de la vipère verte ou le Crotale des Bambous (ou Fer de lance asiatique), est une espèce de serpents de la famille des Viperidae, du a la spéciation faite au cours des longues périodes d’isolement.

C’est un serpent venimeux. Ce serpent pouvant atteindre 80 cm de long chez les spécimens femelles, est un chasseur nocturne aux mœurs arboricoles. Il utilise ces fossettes thermosensibles pour s’aider à repérer ses proies qui sont essentiellement des rongeurs

 

 

 

 

aigle de flores komodo

aigle de flores

L’aigle de flores :

 

L’Aigle de Florès (Nisaetus floris) est une espèce d’oiseaux de la famille des Accipitridae. Elle était et est encore parfois considérée comme une sous-espèce de l’Aigle huppé. Elle a été classée par l’UICN (union international de la conservation de la nature) en Danger critique d’extinction. Des programmes de réintroduction sont en cours.

 

 

 

 

 

 

   2.Espèces Marines

                  La seiche flamboyante :

seiche flamboyante de komodo

seiche flamboyante

Cette espèce de seiche est la seule à être capable de marcher sur le plancher océanique. En raison de la petite taille de son “os de seiche”, elle peut flotter seulement pendant une courte durée.

La seiche flamboyante vit sur les fonds sableux à des profondeurs allant de 3 à 86 m. Durant la journée, elle est active et chasse des poissons et des crustacés. Elle utilise un camouflage complexe et varié pour traquer sa proie. La couleur de base de cette espèce est « brun foncé ». Les individus qui sont dérangés ou agressés peuvent changer rapidement de couleur pour un modèle de noir, de brun foncé et blanc, avec des taches jaunes sur le manteau, les bras et les yeux.

 

 

manta raies de komodo

manta raies komodo

L’abondance de Raie Manta de Récif :

La raie manta possède une coloration sombre sur sa face dorsale allant du noir au brun ou bleu métal. Vous y trouverez des taches claires sur les pointes des ailes ainsi que sur la zone juste en arrière de la partie supérieure de la bouche. Elles forment plus ou moins deux taches symétriques scindées dans l’axe du corps .
La zone ventrale de l’animal est généralement blanche et marquée de taches variables sombres localisées dans la partie inférieure de l’abdomen.

Ces dernières taches contribuent à leur identification.

 

Venez découvrir toutes les espèces qui regorgent dans le parc national de Komodo pour un voyage unique.

× Contact me now !